Les points communs entre la musique et la photo

Ce billet n’engage que moi : il s’agit de ma vision sur ce sujet. Il en est probablement autrement pour d’autre personnes.

Depuis mon enfance, la musique est omniprésente et indispensable. Je joue de quelques instruments et je me suis lancé il y a quelques années dans la composition de morceaux : il s’agit plus d’une envie de voir ce qu’il se passe derrière une session que de révolutionner le monde de la musique. J’ai toujours été fasciné par les musiciens, certes, mais aussi par ces hommes de l’ombre qui, par leur talent, sublime un artiste/groupe : Andy Wallace et Steve Albini entre autres. La naissance de mon fils a rendu plus difficile la pratique de ces instruments (guitare/basse) et le seul moment ou il est possible de jouer c’est… quand il dort ! Je pourrais composer des morceaux plus « electro » au casque, mais malgré mes nombreuses tentatives, rien n’y fait…

Je me suis donc tout doucement tourné vers la photo, un art beaucoup moins sonore… mais qui peut faire grand bruit (elle était facile celle la, désolé). Je me suis donc lancé sur un coup de tête dans un 365 pour me forcer à apprendre. Depuis que j’ai commencé à m’intéresser à la photo il y a un peu plus d’un an, je n’ai jamais pu m’empêcher de faire le parallèle avec la musique. L’Homme a créer des codes, des regles pour ces deux arts que nous avons intégrés au fur et a mesure dans notre quotidien : et les points communs sur leur gestion/traitement sont, à mon sens, parlants. Voir comment un photographe peut sublimer une photo est aussi intéressant que comprendre un ingénieur du son travailler sur un morceau.

Place aux exemples !

Le commencement

L’intention

Ceux qui suivent un peu le blog savent que je vouerais presque un culte à David duChemin. La, que ce soit aussi bien pour la photo que la musique, si il n’y a pas d’intentions, il n’y a pas de création. L’intention n’est pas forcement délibérément voulue, elle est très souvent inconsciente. Même une photo prise en 1/4 de seconde traduit une intention.

Placement des éléments/Panoramique

L’image doit être le plus interprétable possible : les éléments qui se chevauchent rendent la « lecture » plus difficile. Cette étape se fait au moment de la prise de vue, par le placement du photographe. Pour la musique, il s’agit d’un traitement réalisé lors du mixage, puisque le but est de placer les éléments capturés « a posteriori ».

ex photo 1

ex photo 2

ex son 1

ex son 2

Profondeur de champ/Reverbe

Dans les deux cas, on simule l’éloignement d’un élément par rapport à d’autres. Identique au point précédent, étape faite au moment du déclenchement pour la photo, lors du mixage pour le son.

ex photo 1

ex photo 2

ex son 1

ex son 2

Optique/Micro

Toujours dans la décision, tout se joue dans le choix de l’instrument qui permettra l’acquisition. L’optique pour photographier le sujet : un grand angle, un telezoom ? Le micro pour la capture du son : cardioïde (unidirectionnel) , omnidirectionnel ? La, tout dépendra de votre « intention » a restituer ce que vous voyez/entendez.

Capture/Prise de son

Une des étapes les plus importantes : faire en sorte que cela soit le plus « propre » possible, car « théoriquement » irremplaçable. Un léger flou de bougé et adieu la netteté pour l’image. Un mauvais pincement des cordes sur la guitare et bonjour le son qui frise.

Avec les avancées technologiques, il est maintenant plus facile de corriger ces petits défauts : Photoshop CC est capable d’améliorer la netteté d’un léger flou de bougé et les séquenceurs audio actuels sont tous capables de recaler un son qui ne suit pas le tempo général. Mais mieux vaut que tout soit clean dés le départ pour éviter d’alourdir l’étape du post traitement.

Le post traitement

Le post traitement et le mixage n’ont pas de fil d’Ariane à suivre coute que coute, mais plutôt conseillé.

Courbe/Equalisation

La courbe pour le traitement d’une photo permet de contrôler la luminosité ainsi que le contraste (je reviendrais ci après sur cette notion). Un histogramme et une courbe d’équalisation sont visuellement très proches.

Courbe

Courbe

Equaliseur

Equaliseur

Les tons foncés/graves sont à droite du graphique et les tons clairs/aigües sont à gauche. Le but est de sublimer ou effacer des fréquences indésirables pour un son et des tons pour une image.

ex photo 1

EQ P1

EQ P11

ex photo 2

EQ P2

EQ P22

ex son 1

ex son 2

Pour ces deux outils, on peut définir la référence de tons les plus sombres et des tons les plus clairs comme on peut mettre un filtre passe haut ou passe bas pour filtrer des fréquences pour un son.

Publicités